Auparavant Ingénieur en industrie, le voici Directeur Adjoint chez ULISSE depuis 7 ans.

Jean-Jérôme Calvier est Directeur Général au sein du groupe ULISSE, par ailleurs titulaire de la formation Entrepreneur Social. Il est à l’origine de SOLENI : un service innovant d’accompagnement personnalisé de ménages en précarité énergétique, réalisé par des Conseillers en parcours d’insertion professionnelle. Néanmoins, si on en croit ses expériences passées à titre d’Ingénieur en industrie – notamment sur des postes de Manager dans une activité de production – Jean-Jérôme Calvier ne se destinait pas à une posture d’entrepreneur social.

C’est avec plaisir que nous l’avons rencontré pour recueillir son témoignage.

« Fondamentalement, ce qui me plaît, c’est que l’on est organisé comme une entreprise, mais avec un projet social qui est évident : à savoir l’insertion professionnelle. »

« Qu’est-ce qui vous motive au quotidien et explique par la même occasion votre reconversion professionnelle ?

Fondamentalement, ce qui me plaît, c’est que l’on est organisé comme une entreprise, mais avec un projet social qui est évident : à savoir l’insertion professionnelle. On a également des activités supports qui font sens pour nous : la valorisation de la gestion des déchets depuis 30 ans, un service de maîtrise de l’énergie pour des ménages en difficulté… Chaque fois que l’on développe une activité, il y a un sens environnemental et social.

Par ailleurs, notre modèle ESS est clair : on a un conseil d’administration composé de bénévoles et ULISSE est uniquement composé de statuts associatifs. On est également clair par rapport à la commande publique : on a des aides aux postes, on est là pour faire émerger des marchés publics… L’année dernière j’ai répondu à 25 marchés publics sur l’ensemble des structures d’ULISSE.

En quoi la formation a contribué à votre projet ? Quels besoins ont émergé pour vous, notamment en matière de compétences ?

La formation m’a donné les clés de compréhension du fonctionnement des collectivités, des politiques publiques, des marchés… Tout ce qui est en rapport avec l’insertion économique également.

Je ne venais pas nécessairement chercher du management ou une idée, mais l’environnement, les politiques publiques, les leviers financiers, le développement commercial et comptable… Dans les multinationales où j’ai travaillé, le compte de résultat et le bilan ne parlaient à personne. Or, c’est nécessaire d’être capable de lire à l’échelle de l’association un compte de résultat et un bilan. Puis il y a toute une partie de prospection commerciale qui a été très importante.

Ensuite j’ai pris conscience, avec les potentiels financeurs des collectivités, qu’il fallait “designer” une offre : trouver un périmètre, proposer un prix, une durée d’engagement… Des choses travaillées avec le mémoire, pour arriver à contractualiser avec les tous premiers partenaires : Gaz Electricité de Grenoble, CCAS de Grenoble, département de l’Isère…

Puis je trouve la posture d’entrepreneur en formation intéressante. Dans le sens notamment où elle a permis d’intéresser mes premiers prospects, qui avaient une oreille d’autant plus attentive du fait du cadre de la formation.

« On est bien dans cette notion d’Économie Sociale et Solidaire : on répond à un besoin social que l’on essaie de mailler le plus finement possible en considérant les autres acteurs présents sur le territoire. »

Finalement, comment en êtes-vous venu à votre poste de Directeur Général Adjoint ?

J’ai d’abord développé une posture de salarié durant 18 mois comme Chargé de mission au sein d’ULISSE.

En 2012, s’est présentée l’opportunité au sein du groupe ULISSE de créer une fonction de Directeur Général Adjoint pour piloter l’activité et le développement, tandis que le Directeur Général travaillait davantage sur l’accompagnement, l’aspect administratif et financier. Ce qui m’a permis de monter et faire évoluer l’activité de SOLENI, projet développé au cours de ma formation.

Est-ce que c’est ça pour vous, être Entrepreneur Social ? Concilier la rentabilité à la finalité sociale, avoir un métier qui fait sens, contribuer à créer de l’emploi… ?

C’est effectivement quelqu’un qui va pouvoir apporter une réponse économique à un besoin sociétal, qui va faire en sorte d’asseoir son modèle économique et d’affaire sur une réalité, sans forcément se reposer uniquement sur les politiques publiques. Car malgré tout, il ne faut pas hésiter à aller voir le monde classique, en leur montrant l’intérêt qu’ils peuvent y trouver.

Ainsi, avant de faire la formation, grâce à l’idée que j’avais d’accompagner des ménages en précarité énergétique (on estime leur nombre à près de 5 millions en France), j’ai pu me dire que cela pouvait rentrer dans la filière entrepreneuriale. Bien que j’avais beaucoup à apprendre sur l’aspect gestion, la prospection etc… Néanmoins j’avais des acquis et de l’expérience.

Donc on est bien dans cette notion d’Économie Sociale et Solidaire : on répond à un besoin social que l’on essaie de mailler le plus finement possible en considérant les autres acteurs présents sur le territoire. Par ailleurs, on est en train d’essaimer : on ne va pas créer des filiales, mais on a déjà transféré nos savoirs à deux structures d’insertion, et il s’agit de les transférer à d’autres et non pas seulement dans l’agglomération Grenobloise. Actuellement, j’ai la chance d’avoir un Chargé de mission qui travaille à l’essaimage de SOLENI en dehors du département, plutôt sur la Savoie et le Rhône.

Quels seraient vos conseils pour de futurs Entrepreneurs Sociaux ?

Ma leçon est de ne pas partir seul. De se faire accompagner et de faire jouer les réseaux entretenus notamment pendant la formation. On y passe pas mal de temps, on se casse un peu les dents pour balayer tous les aspects… mais il faut persévérer. »

Comment financer ma formation ?

De nombreux financeurs sont impliqués dans le financement de la formation professionnelle. “Qui est-ce que je dois solliciter pour financer ma formation professionnelle à Arobase ?” En savoir plus

Anecdotes de diplômés : écoutez leurs souvenirs !

L’apprentissage, une voie d’excellence !

Tu t’investis dans l’action sociale et/ou le milieu associatif et tu souhaites te professionnaliser rapidement ? Tu es titulaire d’un BAC+2 et tu aspires à faire un métier qui a du sens ? La prochaine session de la formation REESS en #apprentissage démarre le 16 septembre à #Grenoble ! En savoir plus

Chaîne Youtube : Reportages & Interviews d’Arobasiens

Revue programme EMISE+ ERASMUS+ 2015-2018

Notre consortium d’acteurs a collaboré pendant trois ans à montrer comment l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) peut constituer un levier en faveur d’une croissance durable et de la cohésion sociale en Europe. Télécharger le PDF

MOOC Entrepreneuriat Social en Europe

Des cours simples d’accès pour une initiation à l’Economie Sociale et Solidaire et l'entrepreneuriat social en Europe. Inscription